15 avril 2012

Eloge de la lenteur


Observons un enfant totalement absorbé dans son travail : il est calme, imperturbable, concentré dans un objectif de maîtrise ou de perfection. Il éduque sa volonté. Sa main travaille à la construction de son intelligence. Il est connecté avec son besoin profond. Ses gestes sont harmonieux, lents, mesurés.
L'enfant n'a pas conscience de ce qu'il construit en lui à ce moment, mais il ressent plaisir, sérénité et apaisement.
Une extraordinaire paix intérieure.

Observons cet enfant, et comprenons ce qu'il nous demande.

Respecter le travail et le rythme de l'enfant, c'est accepter de renoncer à notre ascendance sur lui. C'est abdiquer toute notion de supériorité. Cela ne va pas sans bienveillance, ni sans une immense confiance.

"L'adulte envisage le but extérieur de ses actes ; il a réglé sa vie par une sorte de constitution mentale : il s'agit pour lui d'atteindre au but par l'action la plus directe, c'est-à-dire dans le minimum de temps possible. En voyant les efforts de l'enfant pour exécuter une action souvent inutile ou futile et que l'adulte pourrait accomplir en un instant et avec bien plus de perfection, il est tenté de l'aider, interrompant ainsi un travail qui le gêne.
[...]
Si l'enfant essaye de se coiffer, l'adulte sent sa constitution attaquée ; au lieu d'être saisi d'admiration devant cette tentative, il voit seulement que l'enfant ne se peigne ni bien ni vite, et n'atteindra jamais son but. Alors l'enfant, qui est en train d'accomplir avec délices cet acte constructeur de sa propre personnalité, voit l'adulte, cet être haut comme le plafond, puissant au-delà de toutes limites, contre qui on ne peut lutter, venir à lui, lui enlever le peigne des mains, lui disant qu'il va le coiffer lui-même.
Et il en est de même quand le petit enfant va se donner du mal pour s'habiller ou pour lacer ses souliers. Chaque tentative est brisée. L'adulte est irrité, non seulement parce que l'enfant essaye en vain d'accomplir un geste, mais il est irrité par son rythme, par sa façon de se mouvoir, différente de la sienne.
Or le rythme n'est pas comme une opinion que l'on abandonne quand elle est surannée ou que l'on adopte quand elle est nuovelle : le rythme fait partie intégrale de l'individu ; c'est un caractère qui lui est propre, au même titre que la forme de son corps. Si le rythme est en harmonie avec le corps, l'individu ne peut en changer sans souffrance
."
Maria Montessori, L'enfant

Le rythme est constitutif de l'individu.
La lenteur est donc relative.

Nous, adultes, effectuons souvent nos tâches mécaniquement, dans un souci d'efficacité et sans plaisir.
Or c'est en étant, au contraire, pleinement connectés au présent, en agissant en conscience, que nous pouvons
(re)trouver le rythme qui nous harmonise.

"Ce n'est pas le futur qu'il faut redouter, mais l'instant qu'on laisse fuir dans le présent.
Il suffit pour cela de développer sa faculté d'attention et de rejeter toute pensée parasite. L'activité du moment doit être la seule qui compte. Agissez lentement en vous concentrant sur "ici" et "maintenant". Etre capable de changer la qualité d'un moment est un des dons les plus précieux. De même que chacune de nos cellules contient les gênes de toutes les autres, un moment est le reflet de tous les autres moments
."
Dominique Loreau, L'art de la simplicité

Agir en conscience, nous connecter à nos sensations, c'est ressentir le poids du pichet, le froid de la porcelaine et la cassure du poignet lorsque nous versons, la densité du fruit que nous coupons, la porosité de l'éponge que nous essorons, la résistance du tube que nous pressons...

Lorsqu'un enfant nous observe, mais aussi pour nous-mêmes, mesurons nos gestes, vivons-les pleinement. La lenteur, c'est-à-dire le juste rythme, s'incarnera dans nos mains.

16 commentaires:

  1. Agir en conscience, être connecté à ses sensations, vivre le moment présent... ce sont des choses que je dois travailler.
    Voici un très bel article que je t'invite à lire :
    http://mariamontessori.com/mm/?p=2002

    bises et bonne nuit ;-)
    eve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comment faire pour la traduction?
      merci

      Supprimer
    2. Très bel article Eve, en effet. Merci ! :-)

      Oksatha, pour la traduction je te propose celle de Google :
      http://translate.google.fr/translate?sl=en&tl=fr&js=n&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&layout=2&eotf=1&u=http%3A%2F%2Fmariamontessori.com%2Fmm%2F%3Fp%3D2002&act=url
      Très approximative, mais cela peut aider.
      P.S. : Il faut que je réponde à ton mail, je sais. ;-)

      Supprimer
  2. Merci pour cette article, Aude, c'est tellement vrai (et il y a tellement de chemin à faire pour atteindre cette simplicité...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup de chemin oui, mais je pense de plus en plus que tout est là...

      Supprimer
  3. C'est un bel article qui me rappelle à l'ordre et c'est vraiment bien! Il y a certaines choses que l'on perd parfois de vue et qu'il est bon de garder en tête!
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Laure de ton passage, et pour m'avoir lue. :-)

      Supprimer
  4. Un très bel article à méditer enocre et encore! Merci!

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ce rappel Aude.
    Il résonne particulièrement pour moi aujourd'hui car je me suis retrouvée face à une élève d'une grande lenteur qui n'a pas pu faire son travail dans le temps imparti, c'est retrouvé à passer une partie de ses récréations devant son cahier et est repartie avec ses cahiers dans le sac pour finir son travail chez elle.
    Je suis à la fois à l'écoute des élèves mais je me trouve en même temps tiraillée par le fonctionnement "traditionnel" de l'école publique et parfois j'ai l'impression d'agir comme un robot et d'avoir également des "enfants-robots" en face de moi. Depuis plusieurs semaines, je m'aperçois que nous (les élèves et moi) passons parfois une partie de la journée en "pilote automatique". J'espère réussir à prendre pleinement le contrôle de moi-même, de mes choix...
    Je te remercie donc pour tes articles qui rallument la petite lumière en veilleuse dans mon esprit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Callista, je suis vraiment touchée par ton message. C'est très difficile de prendre du recul et de lâcher prise dans le feu de l'action. Je pense qu'il est essentiel de méditer ces questions au calme, les choses se mettent ensuite en place plus naturellement.
      Plein de courage en tout cas ! ;-)

      Supprimer
  6. Merci décidement aujourd'hui tout comme l'article d'Eve vous me reconnectez à l'essentiel. Vos article arrive à point nommé car en ce moment j'ai tendance à faire à la place de ma fille, pour aller vite et je sais que c'est tout le contraire que je dois faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Adeline,
      Je suis heureuse que cela vous aide à vous recentrer sur ce qui est important. C'est l'un des objectifs principaux de ces échanges ! :-)

      Supprimer
  7. Il doivent bien samuser et apprendre en meme temps il n'y a riend e mieuuuuuuuu

    RépondreSupprimer
  8. Bonsoir,
    Je passe et j'apprécie !
    Un ancien dont l'ex-cursus professionnel fut baigné dans le monde éducatif..
    Bonne soirée
    Patrick

    RépondreSupprimer
  9. Juste un petit mot pour te dire que je te lis régulièrement et je te trouve passionnante ! En passant, je t'ai taguée sur mon blog ... Si tu as deux minutes pour répondre aux questions, ce serait bien !! À bientôt alors ... ;) xx

    RépondreSupprimer